Élections Québec 2018


Pour faire changement

2018-09-19

Au moment d’écrire ces lignes, nul ne pourrait prédire l’issue de la présente campagne électorale. Divisée, voire confuse, la population québécoise nage dans l’incertitude. Entre la nouveauté, la continuité ou le changement dans la continuité, nous retournons sans cesse les questions à savoir qui formerait le meilleur gouvernement ? Quelle équipe est la plus qualifiée et compétente pour représenter les aspirations des citoyennes et des citoyens du Québec ?

Les réponses à ces questions varient évidemment. Pris dans la conjoncture des promesses-clientèles et des courts échéanciers, que donc nous réserve un prochain gouvernement?

Ce qui semble se dessiner toutefois est que cette campagne mène vers l’élection d’un gouvernement minoritaire. Catastrophe pour l’un et baume pour l’autre, cette situation a de quoi faire réfléchir. N’est-il pas souhaitable d’avoir un gouvernement forcé de négocier avec les autres partis pour l’adoption de projets de loi ? La démocratie se trouve-t-elle mieux servie dans un contexte où un Parti ne peut gouverner seul ? L’élection d’un tel gouvernement enverrait néanmoins un message clair à l’effet que la population du Québec ne se satisfait plus d’un changement de gouvernement mais souhaite un changement dans le modèle de gouvernance que nous offre l’Assemblée Nationale. Serions-nous mûrs pour une réforme du mode scrutin ?

Un élément clé à souligner est l’importance de la personne élue localement. Connait-elle les enjeux de sa circonscription ? La visée de ses propositions et actions est-elle transversale ? Est-elle en lien avec des organisations et organismes de tous les milieux ? Bien que nous soyons portés à concentrer notre attention aux têtes d’affiche, il va sans dire que le rôle du député ou de la députée de votre circonscription est primordial. Cette personne est votre intervenant.e de première ligne dans cotre relation avec l’appareil gouvernemental, il serait bon d’exprimer un choix judicieux à cet égard.

Finalement, un enjeu de société se présente devant nous et il devient impossible d’en faire abstraction. Sans  distinction d’âge, de sexe, de provenance ou de religion, la préservation de notre écosystème est une urgence. Il n’est plus question de sauver nos acquis, de sauver nos emplois ou de sauver nos banques, il est question de sauver notre peau. Il est question d’assurer la survie de notre planète. Les partis politiques qui ne peuvent répondre à cet impératif ne doivent surtout pas se voir remettre les clés du pouvoir.

Et puis, le 1er octobre, je vote hein ?


Plan du site

.